AnaCredit, le nouveau défi européen des établissements de crédit - Sylvie Lépicier, Head of Financial Services, Atos Consulting


AnaCredit, le nouveau défi européen des établissements de crédit

Sylvie Lépicier, Head of Financial Services, Atos Consulting

 

Dans la perspective d’un contrôle précis et harmonisé des risques de crédit à l’échelle européenne, le SEBC (Système européen de banques centrales) a lancé le projet AnaCredit afin de centraliser à un niveau granulaire fin les encours de crédits accordés par les institutions financières de la zone euro. Pour ces dernières, cela signifie un nouveau chantier majeur à engager sans tarder.


Pour évaluer les risques de crédit encourus par les établissements financiers opérant dans la zone euro, le SEBC se fonde actuellement sur les données qui lui sont transmises via les banques centrales nationales. Mais la disparité des formats de reporting nationaux se traduit par une grande hétérogénéité des informations récoltées, qui ne permettent pas aux superviseurs d’avoir une appréciation juste et identique de l’endettement des emprunteurs. Pour y remédier, le SEBC a donc lancé un programme d’élaboration d’un registre centralisé du crédit, de façon à pouvoir mettre en place une surveillance du marché plus détaillée et harmonisée.

 

Première étape de ce mécanisme de contrôle unique (Single Supervisory Mechanism), AnaCredit (pour Analytical Credit Dataset) est une base de données de crédit granulaire destinée à harmoniser la couverture des données et du contenu fournis par les établissements, en synergies avec les réglementations (IFRS, BCBS 239 CRD IV…) et les reportings réglementaires existants (COREP, FINREP…). Les exigences de déclaration d’AnaCredit seront mises en œuvre en trois phases, étalées de 2018 à 2020. Pour les établissements concernés, il est d’autant plus temps de s’y préparer que les conséquences seront nombreuses et importantes.

 

La caractéristique la plus significative d’AnaCredit est le faible montant du seuil de déclaration. Fixé à 25 000 euros de façon à avoir une bonne visibilité sur les prêts aux PME, il va de fait concerner un très grand nombre d’établissements et d’opérations. Quand on le multiplie par la quantité d’éléments demandés – une centaine d’informations environ, quantitatives et qualitatives, concernant le crédit, les risques encourus et le profil de l’emprunteur –, on perçoit vite l’ampleur du dispositif.

 

Pour les établissements de crédit, la première des problématiques va être la collecte, le traitement, l’analyse, le stockage et la restitution de l’information. C’est tout le système d’information qui devra être revu, tant sous l’angle fonctionnel (adéquation avec les processus de gestion, obtention des données, production des reportings…) que technique (architecture, performances, sécurité, modèles et flux de données…). Avec une telle volumétrie, la gouvernance des données sera également un enjeu clé pour s’assurer de leur qualité et de leur accessibilité.

 

L’informatique et les données ne sont pas les seuls chantiers à prévoir. Ainsi, l’objectif d’harmonisation nécessitera des métiers qu’ils adoptent des concepts et des définitions qui peuvent avoir des sens différents selon les pays (types de prêts, « mauvaises créances »…).  Divers pans de l’organisation pourraient également être affectés comme les processus de gestion et d’analyse du risque des crédits, ainsi que les contrôles internes. Enfin, des questions de conformité aux réglementations locales risquent de se présenter.


La mise en place d’AnaCredit constitue donc un projet majeur pour les établissements de crédit, qui doivent l’aborder sans plus tarder pour être prêts au 1er janvier 2018.

 

Notre site internet utilise des cookies. En poursuivant votre visite sur notre site, vous acceptez que nous utilisions des cookies. Ces derniers nous permettent
de comprendre comment notre site internet est utilisé. Nous pouvons ainsi mieux le configurer. Si vous refusez que nous utilisions des cookies, vous pouvez
bloquer leur utilisation en configurant votre navigateur tel qu’expliqué dans notre Politique Vie Privée
J'accepte Plus d'informations