Garder le contrôle : l'éthique des données consommateurs - Mark Roberts, Atos Consulting

Garder le contrôle : l'éthique des données consommateurs

Mark Roberts, Transformation numérique, Atos Consulting

 

Il est indéniable que nous assistons à une explosion des données. Le plus inquiétant est que le phénomène à l'origine de cette augmentation, l'Internet des objets, n'en est encore qu'à son balbutiement. J'ai visité l'autre jour une exposition sur la santé et j'ai pu voir par moi-même l'augmentation du nombre d'objets portables liés à la santé, chacun capable de générer des masses d'informations très personnelles et très sensibles sur notre santé et notre bien-être.

Les entreprises ont désormais le potentiel de collecter et d'utiliser plus de données que jamais sur nous. Mais cela nous convient-il vraiment ?

 


Voulons-nous vraiment que les supermarchés commencent à nous guider dans nos achats alimentaires d'après notre style de vie ou nos données santé ? Voulons-nous que des fast-food soient au courant quand nous sommes à proximité d'une de leurs enseignes, et qu'ils nous envoient une promotion de notre sandwich favori sur notre smartphone ? À quel moment décidons-nous de dire stop, que notre vie privée a été envahie, et que nous n'apprécions plus ce qui se passe ?

Pertinence de la valeur

À mon sens, le facteur le plus important est la pertinence de la valeur qui m'est donnée. Si une organisation peut utiliser diverses données sur moi, et en conséquence me rendre un service qui apporte une réelle valeur ajoutée (ou me fait réellement gagner du temps !), je ne vais probablement pas me soucier outre mesure de problèmes liés à la protection des données. J'accepterai ces problèmes en échange de ce fabuleux service rendu.

Les entreprises doivent trouver le juste milieu. Si une entreprise va trop loin, ceux qui se soucient de la confidentialité de leurs données et les organisations de défense brandiront l'étendard de la protection de la vie privée. Spotify a été forcé de s'excuser publiquement après avoir modifié sa politique de confidentialité des données en ajoutant la clause « avec votre permission, nous pouvons collecter des informations conservées sur votre appareil mobile, telles que des contacts, des photos ou des fichiers média ». Il sera intéressant de voir à long terme si l'incident a un impact sur la base clients et la valeur de Spotify, ou s'il sera rapidement oublié du fait de la valeur du service rendu par Spotify, ses utilisateurs étant disposés à abandonner une part de la confidentialité de leurs données pour profiterde ce service.

Il est intéressant de constater la différence entre générations : la génération Y et la génération Z ont grandi a une époque très différente et perçoivent  la vie privée et  la protection des données différemment des générations précédentes, en étant  plus accomodants sur les informations qu'ils vont partager.
 
Les données appartiennent aux consommateurs

L'avenir semble davantage se tourner vers les données possédées par les consommateurs. Pour revenir à l'exemple des données sur la santé, mon dossier médical, par exemple, n'appartient qu'à moi. Je devrais en être le propriétaire et déterminer avec qui il est partagé, et dans quel but. La responsabilité de sa confidentialité, son intégrité et sa disponibilité repose alors entre les mains de la personne la plus concernée : moi. À partir de là, nous pouvons développer une manière standardisée pour Moi de consentir à ce que d'autres accèdent à mes données personnelles, affichant clairement leurs intentions quant à leur utilisation et les raisons pour lesquelles ils souhaitent les consulter. D'un coup d'œil, depuis mon smartphone peut-être, je devrais pouvoir voir à qui j'autorise l'accès et pourquoi.

Et quand je marche dans la rue le samedi après-midi, je peux interdire l'accès au fast-food local d'un seul balaiement du doigt. Ou du moins cacher ma consommation à mon appli santé !

Je vous recommande également mes articles sur le futur Règlement de l'UE sur la protection des données, où j'évoque les changements à la législation existante, ainsi que les implications pour les organisations qui gèrent et utilisent ces données personnelles.

Nous contacter

Atos
Plus d'infos
trans-1-px
Notre site internet utilise des cookies. En poursuivant votre visite sur notre site, vous acceptez que nous utilisions des cookies. Ces derniers nous permettent
de comprendre comment notre site internet est utilisé. Nous pouvons ainsi mieux le configurer. Si vous refusez que nous utilisions des cookies, vous pouvez
bloquer leur utilisation en configurant votre navigateur tel qu’expliqué dans notre Politique Vie Privée
J'accepte Plus d'informations