Le véhicule autonome est-il enfin prêt ? - Matthew Bingley, Atos

Baby You Can Drive My Car : le véhicule autonome est-il enfin prêt ?

Matthew Bingley, Responsable Innovation Client, Atos

 

Si vous avez assisté au CES cette année, vous avez peut-être cru que l'acronyme signifiait « Car Electronics Show » plutôt que « Consumer Electronics Show ». En effet, le CES 2016 a fait la part belle aux dernières innovations dans le secteur de l'automobile, volant la vedette au Salon Automobile de Detroit.

La forte présence des fabricants de voitures au CES témoigne de la mesure à laquelle les technologies transforment la voiture, avec un fort accent sur la conduite autonome, l'un des sujets majeurs de l'exposition de cette année.

 


 

De la voiture concept « Chauffeur » de Google avec son apparence conviviale aux modèles Space Age S et X de Tesla, toute marque de voiture digne de ce nom est passé à la vitesse suivante pour ce qui est du « véhicule autonome ». Cependant, si toutes les voitures prétendent « se conduire par elles-mêmes », elles présentent des différences subtiles. Leur véritable autonomie prête à débat, selon la définition du terme.

Pour de nombreux fabricants, l'objectif final est d'atteindre le « niveau quatre » de la hiérarchie des véhicules à conduite autonome selon l'Administration chargée de la sécurité de la circulation sur les autoroutes nationales des Etats-Unis. Le Niveau quatre est réservé aux véhicules capables de se rendre d'un point A à un point B sans intervention humaine. Pour de nombreuses organisations, il s'agit encore un rêve fou, et la plupart des voitures dites sans conducteur actuellement ne sont encore que semi-autonomes : elles peuvent rouler tout droit sur l'autoroute ou se garer, mais elles ont encore besoin d'un conducteur humain aux commandes pour les gestes plus difficiles. En Europe, la quantité de ronds-points représentera des défis algorithmiques encore plus grands pour les fabricants automobiles.

Lors du CES, personne n'a été surpris de voir le pionnier automobile Tesla s'engager en annonçant leurs projets d'étendre leur fonctionnalité déjà disponible d'« autopilote », avec un nouveau système du nom de Summon (appeler), qui permettrait aux propriétaires d'une Tesla de demander à leur voiture de venir les chercher, même à une distance de plusieurs milliers de kilomètres.

Accrochez-vous



Ford, le pilier de l'industrie, a fait preuve d'ambition en s'attaquant à l'un des plus grands obstacles des voitures sans conducteur : le mauvais temps ! En annoncant son projet d'amener les voitures autonomes du soleil californien vers le ciel moins clément de Detroit, Ford compte s'attaquer aux problèmes liés à la neige.

De lourdes chutes de neige avaient précédemment mis en échec bon nombre de systèmes de voitures sans conducteur, en rendant inutilisable leur technologie LiDAR, mais Ford a attiré l'attention lors de CES en proclamant avoir réussi à reconcevoir l'ingénierie du système pour garantir la sécurité quelles que soient les conditions.

Tout en gardant les roues sur terre, le EHang 184 est destiné à connaître une ascension météorique. Il s'agit du premier drone aérien de transport personnel, qui a fait ses débuts au CES 2016.

La société EHang, basée en Chine, prétend que le 184 est capable de transporter de façon autonome un passager adulte vers la destination de son choix, tout en se déplaçant à une altitude pouvant aller jusqu'à 3 350 mètres. S'il est facile d'imaginer un monde de voyages au long cours sans accroc, nous n'y sommes pas encore tout à fait. Chaque drone coûte 300 000 dollars et ne peut encore parcourir que 32 kilomètres par trajet.


Se préparer au futur



Malgré le rythme des avancées technologiques, les fabricants de voitures et les sociétés technologiques doivent d'abord se confronter à la réalité des règlementations. Le mois dernier, le département des véhicules motorisés de Californie a publié la première version des règlementations concernant les véhicules autonomes, exigeant qu'« une personne qualifiée devait être capable de prendre le volant si nécessaire. ». Si cette règlementation établit un précédent dans le monde, elle aurait sans nul doute pour effet de ralentir le progrès et les investissements technologiques.

Il s'agit de l'une des nombreuses questions morales et éthiques liées aux voitures sans conducteur. Cette excellente vidéo de Bloomberg traite le sujet de manière concise et informative.

Si les déplacements autonomes étaient l'un des grands thèmes des annonces du secteur automobile lors du CES 2016, plusieurs innovations passionnantes ont également été révélées dans les domaines de l'« électrification » et de l'« info-loisir ». Dans la deuxième partie de cet article, je vous expliquerai les dernières nouvelles dans ces domaines et j'examinerai les implications de ces innovations pour le secteur automobile.

Nous contacter

Atos
Plus d'infos
trans-1-px
 
Notre site internet utilise des cookies. En poursuivant votre visite sur notre site, vous acceptez que nous utilisions des cookies. Ces derniers nous permettent
de comprendre comment notre site internet est utilisé. Nous pouvons ainsi mieux le configurer. Si vous refusez que nous utilisions des cookies, vous pouvez
bloquer leur utilisation en configurant votre navigateur tel qu’expliqué dans notre Politique Vie Privée
J'accepte Plus d'informations