Le cloud scientifique : Helix Nebula en action


Mick Symonds, architecte principal des solutions, Atos

 

La science de pointe a besoin d'une technologie de pointe, voilà qui n'a rien de nouveau. Cependant, jusqu'à récemment, l'offre commerciale ne pouvait pas répondre aux normes élevée de conformité des données et aux exigences informatiques énormes des locomotives scientifiques de l'Europe pour leurs projets de recherche, en tout cas pas à partir de sources européennes. En réponse aux demandes de la communauté de recherche, un certains nombres de prestataires informatiques leaders, dont Atos par l'intermédiaire de Canopy, ont commencé le développement de la plateforme Helix Nebula en 2012.  

 

Helix Nebula, connu sous le nom de cloud scientifique, contient un marché où les plus grandes institutions scientifiques d'Europe peuvent tirer parti d'une infrastructure et d'applications basées sur le cloud de manière flexible, afin d'effectuer leurs recherches innovantes. Le marché Helix Nebula est désormais ouvert, et son fichier de clients grandit depuis son lancement en mai 2014.

Dans mes fonctions chez Atos, j'ai consacré beaucoup de temps à aider au développement de la plateforme et à garantir que la vision d'origine du projet reste intacte. Atos a été fortement impliqué depuis le début, se plaçant en tête du projet au moment de trouver des financements et des partenaires à l'appui, ainsi qu'en fournissant l'infrastructure sous-jacente du marché depuis sa plateforme d'informatique à haute performance basée à Tenerife.  

Mais comment Helix Nebula est-elle utilisée, au juste ? Voici un aperçu de quelques-uns des projets les plus excitants qui comptent sur le développement de solutions en partenariat avec le cloud scientifique…

L'ADN… en tant que service : comprendre l'évolution de tous les organismes
Le laboratoire européen de biologie moléculaire (EMBL) est à l'avant-poste des technologies de séquençage d'ADN de la prochaine génération. Il s'agit d'un domaine de recherche porteur de grandes implications pour la manière dont on effectue des recherches biologiques et médicales aujourd'hui. D'après l'analyse de vastes ensembles de données, la gestion de ces informations exige une informatique de haute performance et des infrastructures de conservation rapide des données. Souvent, les laboratoires ont du mal à se les procurer.  

L'EMBL travaille actuellement avec Helix Nebula afin de créer un portail pour l'analyse dans le cloud de génomes grands et complexes, disponible pour toute la communauté scientifique sur demande, dans sa mission pour mieux comprendre l'évolution et la biodiversité de tous les organismes.

Enquêter sur les mythes des risques terrestres et sauver des vies
L'Agence spatiale européenne (ESA), peut-être mieux connue pour son exploration de l'espace, coopère avec un certain nombre de partenaires afin de créer une plateforme d'observation de la Terre ciblée sur les tremblements de terre et l'activité volcanique. Plus généralement connu comme le projet Geohazard Supersites (supersites des risques terrestres), ce projet a pour but d'accroître nos connaissances sur les effets physiques des tremblements de terre et des éruptions volcaniques, ainsi que ceux de la tectonique et de la dynamique de la surface de la Terre. L'objectif à long terme est de donner davantage de visibilité à l'activité des risques terrestres, dans l'espoir de sauver des vies.

Helix Nebula fournira le socle du partage et de la diffusion des informations mondiales recueillis par les satellites de l'ESA. La plateforme jouera un rôle clé dans l'analyse des données, ainsi que dans leur combinaison à des informations provenant de sources alternatives.

Au CERN, on fait de la bouillie d'atomes
Le travail du CERN avec le grand collisionneur de hadrons est déjà entré dans les livres d'histoire, particulièrement avec la découverte du boson de Higgs. Pourtant, l'institution travaille également sur plusieurs expériences dans la physique des particules. Ces expériences nous en apprendront plus sur les forces fondamentales qui ont façonné notre univers depuis le début du temps.

Avec le simple volume des données générées à partir de chaque collision de particules, le CERN exige un niveau presque sans précédent de puissance informatique pour collecter, conserver et analyser ses découvertes. L'utilisation de Helix Nebula bénéficierait directement à la communauté scientifique, en permettant aux équipes d'acquérir des ressources informatiques supplémentaires dès qu'elles en auraient besoin. Ainsi, le temps de préparation nécessaire pour les expériences se verrait réduit, car l'organisation n'aurait pas besoin d'attendre pendant les travaux d'agrandissement de son infrastructure physique.



Nous contacter

Atos
Plus d'infos
trans-1-px
Notre site internet utilise des cookies. En poursuivant votre visite sur notre site, vous acceptez que nous utilisions des cookies. Ces derniers nous permettent
de comprendre comment notre site internet est utilisé. Nous pouvons ainsi mieux le configurer. Si vous refusez que nous utilisions des cookies, vous pouvez
bloquer leur utilisation en configurant votre navigateur tel qu’expliqué dans notre Politique Vie Privée
J'accepte Plus d'informations